Voyager en Inde & en Asie

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Iran 2012 - Arrivée à Téhéran

Exposition Survivants au Bâtiment d'art contemporain de GenèveArrivée le samedi, vers 6h du mat', à l'aéroport international Imam Khomeyni de Téhéran. Je suis apparemment le seul touriste occidental qui voyage en indépendant. Il y a bien un petit groupe d'européens, mais sinon, il n'y avait que des iraniens à bord. Le passage à la douane s'est fait sans problème. Chose étrange, avant de sortir de la zone réservée aux voyageurs, on doit passer les bagages aux rayons X, ce qui se fait généralement à l'entrée, et non à la sortie... 

Le hall est calme.  Je cherche un endroit pour changer de l'argent, car je n'ai que des Euros, des dollars et des francs suisses. De plus, je n'ai pas trop idée à quoi ressemblent les rials, ni du niveau de vie ici. Tout ce que je sais, c'est qu'il y a une inflation galopante. Là, je retombe sur un jeune peintre iranien et sa femme, avec qui on a échangé nos places dans l'avions entre Genève et Istanbul pour qu'ils puissent voyager ensemble, et à côté de qui je me suis retrouvé entre Istanbul et Téhéran. On avait fait un brin de causette. Il revenait d'une exposition de ses œuvres aux quartier des Bains à Genève. La deuxième organisée en dehors d'Iran. Sa famille étant venue les attendre à l'arrivée, il fait les présentations. Tout sourire, on me souhaite la bienvenue en Iran.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Cash, carte et parcs à Téhéran

Un parc public à Téhéran

A la recherche des money changers

A mon réveil de la petite sieste, priorité numéro un: changer de l'argent. Et prendre quelques repères dans la ville. Je me renseigne à la réception pour trouver un money changer. Le gars ne parle pas anglais, mais je comprends qu'il n'y en a pas dans le coin et que je dois aller au croisement de Firouze St et Enqelab St. Je sors de l'hôtel. Il fait un soleil de plomb. Je constate que Téhéran est organisée de manière très corporatiste, chaque métier ayant son quartier. Le mosaferkhaneh se trouve dans le quartier des revendeurs de pneus. Je descends Amir Kabir jusqu'à Emam Khomeyni square où donne Firouze St, que je remonte. Après un bon moment de marche sous le soleil, les money changers commencent à apparaître. J'en fais plusieurs pour comparer les taux, qui tournent autour de 22'000-22'200 rials pour un euro. Je change 300 euros. Et me retrouve multimillionnaire. En rials.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Téhéran – Infos pratiques

Restaurants

Dans le sud de la ville, les restaurants sont peu nombreux en dehors de certaines zones, comme la gare. Les menus sont en farsi et le personnel ne parle généralement pas anglais. En débarquant, ne parlant pas la langue et ne connaissant pas les spécialités locales (que j’ai encore de la peine à cerner après quelques jours), c’est assez difficile de commander autre chose que les kebabs présentés dans les vitrines des restos, en les pointant du doigt. Certains restos ont des menus avec des photos des plats, ce qui aide. Mais je n’ai pas encore trouvé de petit resto popu vraiment bon et sympa en ville. La plupart d’ailleurs sont vides.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Téhéran 2012 – Hôtel Mosaferkhaneh Amol Mazandaran

A Téhéran, je suis resté au Mosaferkhaneh Amol Mazandaran, un petit hôtel calme et destiné surtout aux commerçants iraniens de passage. Il peut donc être complet, attention. C'est un des hôtels bon marché de Téhéran.  Les chambres sont spartiates, mais correctes, et à la propreté acceptable, de même que la salle de bains et les toilettes turques. Il y a de l'eau chaude et de la pression dans les tuyaux. Certaines matelas sont toutefois très inconfortables et mieux vaut en demander d'autres ou changer de chambre. Il y a le chauffage à gaz en hiver et une cuisine pour se faire à manger. Pour la lessive, il faut de quoi remplir une machine, sinon, ils sont pas trop partant. Le personnel ne parle pas anglais, mais avec un peu de chance, on trouve des clients pour traduire. Côté inconvénients, il n'y a pas trop de parcs, ni de restos dans le coin, mais la station de métro Emam Khomeyni (croisement des lignes 1 et 2) est à dix minutes à pied, ce qui en fait une bonne base de départ pour visiter la ville. J'ai payé 220'000 IR pour une double avec TV (pas très utile, vu les programmes en Iran...).

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Téhéran (I)

Scène de rue à Téhéran - Emam Khomeiny SquareWow ! voilà déjà bientôt une semaine que je suis en Iran. J'ai passé cinq jours à Téhéran, puis l'envie m'a pris d'aller voir Yazd, après en avoir discuté avec un iranien qui y habitait. Je suis arrivé hier soir, après huit heures de bus.  Je ne le regrette pas. Difficile de prendre ses repères dans un nouveau pays aussi différent, de traiter le nombre impressionnant de photos prises et de rédiger des posts en parallèle. J'ai donc pris un peu de retard dans la rédaction de ces derniers, mais je vais essayer de me rattraper. Voici déjà une petite sélection de photos de Téhéran.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - De Téhéran à Yazd en bus

Quelque part entre Téhéran et Yazd

Timmi, marchand pakistanaisVoyage en bus de Téhéran à Yazd (100'000 IR), en passant par Qom, Kashan, Natanz, Na'in et Ardakan. Un peu plus de huit heures de route, en compagnie de Timmi, un marchant pakistanais de pierres précieuses rencontré à l'hôtel à Téhéran (ci-contre). Comme il parle assez bien anglais et farsi, je n'ai pas hésité lorsqu'il m'a proposé de faire un bout de route ensemble, vu la difficulté à se faire comprendre en Iran. Lui, continuait jusqu'à Zahedan. Quatorze heures de plus...

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Téhéran 2, le retour...

Calligraphie d'Esrafil Shirchi, un des grands calligraphes iraniens contemporains

Arrivé à Téhéran mercredi soir vers 20 heures de Masuleh, j’avais l’impression d’être dans une autre ville que celle que j’avais visitée un mois plus tôt. Je suis descendu à l’Atlas Hotel. Cher, 52 US$ ! donné à 38 US$ dans le Lonely, mais vu ce que m’a coûté mon mois en Iran, j’ai pu me le permettre. Cher donc, mais central (métro Ferdowsi à cinq minutes), calme et avec wifi, ce dont j’avais besoin pour mettre à jour mon site. J’ai aussi été attiré par son resto avec un menu paki-indo-iranien, dixit le Lonely. Là encore, le Lonely doit se réactualiser. Vivement l’édition prévue en août prochain (2012). Pas de bouffe paki-indienne. Que des plats iraniens (succulents), essentiallement des kebabs et une ou deux spécialités quand elles sont disponibles, dont une aux aubergines et bœuf en sauce, excellente. Mais le resto est désespéremment vide. Le personnel, très sympa, se glande tant qu’il peut.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Téhéran - Imam Khomeyni, day, shrine & airport…

Ayatollah Khomeini

Aujourd’hui, retour en Suisse. Vol Turkish Airlines prévu à 8h25 à l’Imam Khomeyni International Airport (IKIA), destination Istanbul où j’ai cinq heures à poireauter avant de repartir sur Genève. Le soir d’avant, après un bug de ma part sur ma date de retour, j’organise le trajet jusqu’à l’aéroport avec un des gars de l’hôtel qui arrondit comme ça ses fins de mois. Il parle à peine deux trois mots d’anglais, mais me fait comprendre qu’il y a un blème. Le jour de mon vol, le 3 juin, tombe sur le jour anniversaire du décès de l’Imam Khomeyni. Ce jour-là, l’Iran (enfin, une partie…) est en transe. C’est LE jour d’affliction national et des milliers de pèlerins viennent se recueillir au tombeau du guide révolutionnaire.

En soi, ça ne me pose pas trop de problème, sauf que… Sauf que le tombeau en question est situé en bordure de l’autoroute qui mène de Téhéran à l’aéroport, donc en plein sur mon chemin. Et elle est fermée.

Lire la suite

Imprimer E-mail

UA-27983375-1