Voyager en Inde & en Asie

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Voyager en Inde en fauteuil roulant

Voyager en fauteuil roulant en Inde, cela semble un défi insurmontable. Eh bien, détrompez vous! C’est plus facile qu’il n’y paraît. Bien sûr, l’état des routes, des trottoirs, des transports en commun et autres ne sont pas toujours au top, mais c’est loin d’être impossible. J’étais assez septique sur mon voyage en Inde la première fois, mais à chaque fois que j’y retourne, j’ai toujours de bonnes surprises.

Je pars seule pour le trajet, mais arrivée en Inde, j'ai toujours mes amis Indiens avec moi (sauf pour les trajets en avion, que je fais seule, et quelques visites ou promenades). Certaines personnes y voyagent seules en fauteuil, mais cela demande une grande autonomie. Suivant le handicap, notamment s’il vient d'une maladie, il est possible que la personne se fatigue très vite, parfois avec d’importantes douleurs. Ce n'est bien sûr pas le cas de toutes les personnes en fauteuil et on ne peut faire de généralités. Il faut donc bien se connaître quand on part dans un pays comme l’Inde et ne pas écouter les autres. Chacun sait, et uniquement lui, ce qu'il peut faire, ou non.

Je voyage avec un fauteuil manuel normal, mais j'ai aussi des roues interchangeables, qui sont avec assistance électrique. C'est bien plus pratique, moins fatiguant, et ça permet de passer presque partout (surtout en Inde où les trottoirs ne sont pas toujours en bon état). Le problème reste le poids des roues: 11kg chacune, d'où l'importance de prendre des compagnies aériennes qui les considèrent comme un fauteuil supplémentaire gratuit. Il faut aussi recharger les batteries, mais pas de problème dans les hôtels ou chez des Indiens de la middle class.

Le spectacle est dans la rue

En Inde, plus qu’ailleurs peut-être, les scènes de rues sont juste magnifiques, avec leurs couleurs et leurs odeurs. C’est déjà un ravissement à la portée de tous.

Accessibilité

Une rampe d'accès en arrère plan au Qutub Minar à DelhiMais les sites touristiques ne sont pas aussi inaccessibles qu’on pourrait le penser. Sachez que l’écologie et la protection du patrimoine ne sont pas aussi rigides que chez nous (bien malheureusement parfois), mais du coup, certaines règles sont plus souples, notamment en ce qui concerne l’accessibilité. Tant mieux pour nous dans ce cas. Ici, rien d’étonnant à trouver une rampe d’accès en plein milieu d’un site classé, et peinte en orange fluo de surcroît, ce qui serait inimaginable chez nous…

N'oublions pas qu'en fauteuil roulant, nous sommes un niveau en dessous des personnes marchant ou se tenant à côté de nous. Les mouvements de foule en sont amplifiés. En cas de foule compacte, on devient vite claustrophobe. Cela peut-être très éprouvant.

Accueil

De plus, les Indiens seront toujours prêts à vous aider, une fois leur surprise passée de voir un européen en fauteuil… et encore plus si c’est une femme, comme moi. Préparez vous à voir des familles vous demander d’être pris en photo avec vous, car c’est tellement rare de voir des voyageurs en fauteuil! Surtout dans un pays où les seules personnes en situation de handicap, en ville, sont les mendiants. Vous verrez peu de personnes à mobilité réduite, voire pas du tout. Dans les campagnes en revanche, il est moins rare d’en croiser, dans leur «handbike» local propulsé à la force des bras!

Il faut savoir qu’en Inde, aucune aide financière n’est perçue par les personnes en situation de handicap, que ce soit du gouvernement, de la sécurité sociale, d’une mutuelle, de fonds spéciaux ou autres. Tout cela n’existe pas. Ces personnes doivent donc compter sur leur famille, en espérant que celle-ci soit assez riche pour les entretenir. Du coup, les plus pauvres restent cloitrés chez eux…

Transports

Pour voyager dans le pays, je privilégie l’avion pour les longues distances, et la formule «voiture avec chauffeur» pour les circuits. C’est pratique, et intéressant d’avoir un habitant du pays avec soi. Il faut juste s’entourer des précautions valables pour tout voyage en fauteuil, et après bahut accha hai! (« tout va bien! »).

Train

Ah, le train en Inde... ! difficile de voyager dans les classes les moins chères, car bondées, et quand on se déplace en fauteuil, c'est pas génial. J'ai la chance de pouvoir me lever et marcher un peu avec mes béquilles, mais bon: accès aux toilettes périlleux, couloirs étroits, marches pour entrer dans le train très hautes (pas d’élévateur, ni de rampe), l'accès pour les paraplégiques et tétraplégiques n'est pas possible, sauf si on les porte ! Mais ensuite, le fauteuil ne passe pas forcément en largeur dans l'allée et il n'existe pas d'endroit destiné aux fauteuils roulants dans les wagons. Personnellement, j'ai essayé, mais ne le ferai plus.

Matériel médical

Concernant le matériel médical courant, on peut trouver à peu près tout en Inde, si l'on est dans les grandes villes (dans les hôpitaux notamment). Je prends néanmoins tout ce qu'il me faut en urgence (même la pompe à vélo pour gonfler les pneus). Pour ce qui est du matériel à usage unique (sonde vésicale par exemple), je n'ai pas cette expérience, mais je tenterai de prendre le maximum avec moi et me renseignerais auprès d'un hôpital sur place via Internet – voir liste ici. Si on trouve de tout, pas besoin de se charger inutilement. Mais ça dépend du contexte.

DELHI:

Hotels:

Pas de problème pour trouver un hôtel ou une guesthouse avec ascenseur et chambre au rez-de-chaussée.

Transport:

Certains quartiers sont toujours en travaux (surtout à l’approche des élections!), comme Connaught Place, et là, c’est un véritable enfer. Evitez les, si vous le pouvez.

Pour voyager dans la ville, le rickshaw est bien difficile… mais pas l’autorickshaw. Certains, comme dans d’autres villes, possèdent un petit coffre bien pratique où vous pourrez ranger votre fauteuil roulant. Sinon, le taxi est parfait aussi.

Le métro de Delhi ne semble pas adapté aux fauteuils roulant. Je n’ai pas essayé, mais les bouches d'accès au métro que j'ai vues n'avaient pas d'ascenseur.

Le bus n’est pas conseillé, bien sûr… pas de rampe d’accès!

Sites touristiques:

QUTUB MINAR est totalement accessible: rampes d’accès, pontons, tout vous permettra de visiter comme n’importe qui!

HUMAYUN’S TOMB: Les jardins sont accessibles, mais pas l’intérieur à cause des marches. Mais n’hésitez pas à vous y rendre: une promenade dans les jardins, si beaux et si tranquilles, est un régal! Et vous verrez bien l’édifice, magnifique. Laissez vous porter par l’ambiance…

MAISON DE GANDHI (Gandhi Smriti): Un grand moment, où l’on sent encore la présence de Gandhiji… Les jardins sont magnifiques et émouvant avec les pas retraçant la dernière promenade de l’illustre homme. Au premier étage, un musée vous attend, accessible par un ascenseur. Beaucoup d’interprétations de la vie de Gandhi par les enfants, où l’on ressent leur profond respect pour leur grand maître, encore vivace aujourd’hui.

LODHI GARDENS: Là encore, une magnifique halte pour décompresser loin du bruit et de la fureur de la ville. Des allées très bien entretenues vous assurent une belle promenade. Bien sûr, par contre, impossible d’entrer dans les tombeaux présents sur le site.

LOTUS TEMPLE: Un passage est réservé au PMR (personnes à mobilité réduite), sur le coté du temple. Après vous rejoignez les autres visiteurs.

ISCON TEMPLE: Totalement inaccessible, je n’ai même pas pu entrer sur le site…

CHANDNI CHOWK: Difficile de se frayer un passage dans la foule très dense, mais possible avec de la persévérance!

INDIA GATE: A voir en fin d’après midi, pour l’ambiance familiale avec les parents et leurs enfants jouant sur les grandes pelouses autour de la porte. Notez tous les pots de fleurs avec les plantes sous l’Arc! Aucun problème d’accessibilité.

RAJ GHAT: Un endroit que tous les guides vous emmènent voir pour le mémorial Gandhi. Il faut descendre des marches pour tourner, pieds nus, autour du mémorial. A voir seulement si ça vous dit…

MOSQUEE JAMA MASJID: Je n’ai pas pu y aller, à cause de l’immense volée de marches à l’entrée. Par contre, la ballade en autorickshaw dans les petites rues avoisinantes est très sympa!

Tous les sites en plein air sont généralement accessibles. Pas de souci!

NORD DE L’INDE:

TAJ MAHAL: C’est un grand classique. Le voir au coucher du soleil, quand sa façade rosit, c’est un pur moment de bonheur. Même s’il est impossible pour une personne en fauteuil d’entrer à l’intérieur pour voir le tombeau, la promenade sur l’esplanade et dans les jardins, en regardant ce bel édifice sous tous ses angles, restera inoubliable.

Allez aussi au City Palace d’Agra, c’est magnifique, bien que tous les endroits ne soient pas accessibles.

FORT DE JODHPUR: Un ascenseur vous permet d’accéder à l’étage. Très emprunté, et pas uniquement par les personnes en situation de handicap… Ce fort est magnifique, il vaut vraiment le détour. Jodhpur, la ville bleue, est sympa…

FORT DE JAIPUR: Accès plus compliqué, car à dos d’éléphant ou en jeep sur piste. Du coup, j’y ai renoncé. Par contre, vous verrez sans problème le Palais des Vents au centre de la ville rose.

CITY PALACE UDAIPUR: Dans la ville blanche, ma préférée, prenez du temps pour vous promener en autorickshaw autour des lacs. Le City Palace est beau aussi (visite partielle). Tout cela a un charme fou… A ne pas manquer, même si les rues étroites et en pente ne sont pas de tout repos… mais vous dormirez bien la nuit venue!

TEMPLE JAIN DE RANAKPUR: Impossible en fauteuil, à cause des marches à l’entrée. Pourtant, ce temple est vraiment incroyable. Si vous acceptez que l’on vous porte avec votre fauteuil, ça vaut le coup. Sinon, ne vous arrêtez pas, mais ce serait dommage.

Golden Temple à AmritsarGOLDEN TEMPLE A AMRITSAR: Pas vraiment accessible dans sa première partie, en raison des contraintes architecturales de l’entrée: pédiluve et marches a descendre, donc à remonter à la fin de la visite. Il faut donc vous laisser porter, mais c’est carrément grandiose lorsque vous vous retrouvez à l’intérieur… et pour une fois, vous aurez un avantage sur les autres, vous ne vous brulerez pas les pieds sur le marbre du sol. J’étais bien contente quand je voyais mes amis indiens se contorsionner pour poser leurs pieds sur le tapis qui fait le tour du temple. Par contre, en fauteuil, vous ne pourrez pas entrer dans le «sanctuaire», au milieu de la petite île, car c’est surpeuplé. Mais là encore, l’ambiance et la beauté du lieu ne pourront pas vous laisser indifférent.

HARIDWAR: La pooja à Haridwar, une épreuve! Non pas à cause de l'accessibilté, bien que pas évident (marches sur le pont), mais surtout à cause de la foule incroyablement dense.

Petite anecdote: à Haridwar, comme dans de nombreuses villes saintes en Inde, se trouvent beaucoup de personnes handicapées. Alors que j’attendais mes amis devant un temple, on m'a prise pour un sâdhu. Je me suis retrouvée seule devant une foule qui se prosternait devant moi, et qui défilait un par un pour que je les bénisse! Surréaliste!

Se laisser envahir

Il existe bien d’autres lieux en Inde, des touristiques, des moins touristiques. Si vous acceptez de ne pas tout voir, mais de regarder les choses autrement et de vous laisser envahir par l’ambiance, vous reviendrez, comme moi, enchantée… Fauteuil ou pas.

BON VOYAGE!

Myriam aka Sacrebleu38

Sur la toile

Imprimer E-mail

UA-27983375-1