Voyager en Inde & en Asie

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Janki Chatti, en chemin pour Yamunotri

Janki Chatti vu de la falaise de Kharsali

Je suis arrivé hier soir à Janki Chatti. ‘Me suis fait arnaquer une chambre à mille roupies, pourrie et donnant sur le parking. Je me suis donc fait réveiller à 6h30 ce matin par les bus de pèlerins et les muletiers qui les attendaient. Car Janki Chatti, 2'650 m., est la fin de la route qui remonte la Yamuna Valley en direction de Yamunotri, la source de la Yamuna cinq kilomètres plus au fond de la vallée et 400 mètres plus haut (3'185 m.). Pour y accéder, c’est à pied ou à dos de mulet. Certains le font aussi à dos d’hommes, dans des palanquins rudimentaires portés par quatre jeunes hommes. Sur le parking, de grands panneaux indiquent les prix des divers moyens de transports.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Superbe Yamuna Valley !

La Yamuna Valley

Enfin, je reviens dans la Yamuna Valley. Depuis 2008 que je me promets de la remonter jusqu’à Yamunotri, la source de la Yamuna, la deuxième rivière la plus sacrée de l’hindouisme après le Ganges. J’y étais déjà venu en 2008 avec mon père, lorsque nous étions redescendus de Gangotri (la source du Ganges). Nous avions pris la NH94 et passé par le bas de la Yamuna Valley, de Barkot à Mussoorie. J’avais complètement flashé sur cette région encore naturelle et intacte, qui tranchait avec la vallée du Ganges, défigurée par les barrages et les coups de pelle mécanique. Je m’étais promis de retourner plus longuement dans la Yamuna Valley et de la remonter jusqu’à Yamunotri. Cette fois j’y retourne !

Lire la suite

ImprimerE-mail

Je retrouve un peu de fraîcheur à Mussoorie

Vue de Mussoorie

En montant sur Mussoorie, les traces de la mousson de l’année dernière, particulièrement violente, sont toujours visibles. Des portions de routes ont été emportées par les glissements de terrain consécutifs aux précipitations exceptionnelles de 2013. La route est encore en réparation, comme c’est d’ailleurs encore le cas dans tout l’Uttarakhand, où les plaies sont encore béantes.

Lire la suite

ImprimerE-mail

UA-27983375-1