Voyager en Inde & en Asie

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Superbe Yamuna Valley !

La Yamuna Valley

Enfin, je reviens dans la Yamuna Valley. Depuis 2008 que je me promets de la remonter jusqu’à Yamunotri, la source de la Yamuna, la deuxième rivière la plus sacrée de l’hindouisme après le Ganges. J’y étais déjà venu en 2008 avec mon père, lorsque nous étions redescendus de Gangotri (la source du Ganges). Nous avions pris la NH94 et passé par le bas de la Yamuna Valley, de Barkot à Mussoorie. J’avais complètement flashé sur cette région encore naturelle et intacte, qui tranchait avec la vallée du Ganges, défigurée par les barrages et les coups de pelle mécanique. Je m’étais promis de retourner plus longuement dans la Yamuna Valley et de la remonter jusqu’à Yamunotri. Cette fois j’y retourne !

La Yamuna Valley en fleurs

Je pensais remonter la vallée en moto, histoire d’être le plus libre possible, mais j’ai finalement décidé de le faire en transports publics, devant la difficulté de louer une bécane fiable à Mussoorie ou à Haridwar. Pour ce genre de trip, mieux vaut aussi être à deux motos, en cas de panne. Or, je suis seul.

Un village de la Yamuna Valley

Donc un premier bus de Mussoorie à Naugaon, puis un second bus jusqu’à Janki Chatti, le bout de la route. Arrivée de nuit après une grosse journée de bus à se faire gerber dessus – j’avais oublié que c’est le sport national dans les montagnes indiennes… Si la route est en partie défoncée et garde les séquelles de la violente mousson de l’année passée, la vallée de la Yamuna ne m’a pas déçu. Elle est encore naturelle, peu touchée par l’homme. La rivière se fraie son chemin entre les versants souvent escarpés des montagnes qui l’encadrent. Parfois, lorsque le relief s’y prête, des champs en escaliers ont été sculptés dans les versants montagneux. Quelques rares villages peu peuplés s’éparpillent le long de la route. Des nomades abreuvent leurs troupeaux de buffles dans l’eau de la rivière. Des arbres aux fleurs violettes bordent la route.

La cabine du chauffeur du bus

Un orage éclate en chemin. Des trombes d’eau s’écrasent sur Barkot. L’eau commence à s’infiltrer dans le bus et, dans une semi obscurité, tombe sur les passagers.

Une manifestation du Congrès durant les élections

Une colonne d’une centaine de véhicules, bus et jeeps réquisitionnés par le gouvernement, bloque la route et nous laisse impuissants sous l’orage : les électeurs se rendent aux urnes en masse. Embouteillage dans la rue centrale de Barkot. Une manif du Congres vient s’ajouter au bordel ambiant. Les militants scandent des slogans et brandissent des drapeaux qui finiront pitoyables sous l’eau. Une heure à attendre que le bouchon se dissolve.

La route se change en piste dans le haut de la Yamuna Valley

La route, relativement plate jusque là, commence sont ascension après Paligad. La montée se poursuit jusqu’à Janki Chatti, 2'650 m. Avec l’élévation, l’état de la route se détériore et devient piste, sans revêtement. Le bus ralentit, plonge dans les nids-de-poule et les rivières qui traversent la piste. La nuit tombe. L’air se refroidit. Je sors mon pull.

La Yamuna Valley après l'orage

Les villages se poursuivent et se ressemblent. Puis nous arrivons sur un grand parking de béton. Destination finale : Janki Chatti. La route se termine ici.

Un des médecins de Janki Chatti

On me propose un hôtel qui donne sur la place : le « Laxmi Palace ». Une pièce miteuse avec une ampoule au bout d’un fil pour 1'000 roupies. Ici, il n’y a de palace que le prix escroqué. Mais j’accepte. Vanné, épuisé par une journée de bus, je n’ai pas le courage de chercher autre chose dans ce village inconnu sans éclairage. Pour une nuit, ça ira.

La cuisine du resto de Janki Chatti

Un jeune gars me conduit à l’étage d’en dessous, le « resto » du coin. J’y mange une plâtrée de dhal et de riz. Tout ce qu’il y a au menu. Lorsque je reviens à ma chambre, le jeune gars, qui m’a suivi, s’engouffre dans la chambre et d’autorité s’assied sur une chaise, me tend la main et me dit « tip ! ». Il n’a pas fait long…

J’ai déménagé le lendemain matin. Mais mes rêves étaient emplis de la Yamuna Valley.

GALERIE PHOTOS de la Yamuna Valley

 

ImprimerE-mail

UA-27983375-1